Du fil au tout connecté

J’ai connu le téléphone à cadran. J’ai aussi connu la télévision en noir et blanc (pas longtemps) et quand la télécommande a fait son apparition chez moi, elle avait un fil. Puis ce fut l’arrivée du magnétoscope. Pouvoir enregistrer des émissions, des films et les revoir à volonté était une petite révolution. C’est d’ailleurs grâce à ce magnétoscope, que ma mère avait payé 7500 francs, que je connais par cœur « les bronzés font du ski ».

 

Puis j’ai fait connaissance avec l’informatique, au travers d’un mini ordinateur du nom de Alice, qu’il fallait programmer en basic et dont il fallait sauvegarder les programmes sur des cassettes. Ça ne marchait jamais. Une seule fois j’ai réussi à programmer un jeu équivalent à Pong, mais en moins bien. Je préférais à cette époque jouer à Pac Man sur la console Atari.

Puis mon père fit l’acquisition d’un Apple IIc. Et là j’ai eu un déclic. L’émergence du Minitel à peu près à la même époque laissait entrevoir des possibilités de communication extraordinaires. Je mélange peut-être les dates, il faut reconnaître que tout cela est un peu vieux.

En 1995, à la Fac, j’ai eu une démonstration d’Internet. On nous avait montré un site qui recensait des livres. Je ne me souviens que de ça. En 1996, grâce à l’ordinateur sous windows 95 que mon père m’avait offert, je fais connaissance avec le le mail au travers mon abonnement AOL. J’avais un forfait 3h par mois. Et il fallait en plus payer la communication France Telecom. Ça revenait cher.

J’ai le coup de foudre et je décide d’approfondir le sujet, et j’envoie ma candidature à la cellule internet qui venait de se créer au Journal La Montagne pour un stage en licence dans le cadre de mes études.

C’est ainsi que je fis mes premiers sites et rédigeais mes premières balises meta. À cette époque on mettait nos mots clefs dans la balise meta keywords et on passait premier sur Altavista. C’était le bon temps. En maîtrise je pars 4 mois à Manchester faire un stage dans une web agency. En parallèle je travaille sur mon mémoire recherche de fin d’études sur le sujet « La presse quotidienne régionale a-t-elle sa place sur Internet ? » À La Montagne nous découvrons les appareils photo numériques dont la résolution ferait sourire aujourd’hui mais cela ouvrait des perspectives motivantes.

A la même époque le téléphone mobile commence à faire partie de notre quotidien. Nokia est alors le leader et si mon père utilisait depuis longtemps déjà un téléphone de voiture Radiocom 2000, pouvoir téléphoner de partout sans fil est synonyme de liberté. Le format MP3 commence à être utilisé et se répand à toute allure. J’ai à ce moment-là un baladeur Rio avec 256 Mo de mémoire pour emmener ma musique avec moi.

C’est début 2000 que je me mets à rêver d’un appareil qui ferait téléphone, appareil photo et baladeur mp3 en même temps. Mais même dans mes rêves les plus fous je ne pouvais imaginer que moins de 10 ans après j’aurai un appareil qui non seulement ferait tout ça mais en plus offrirait beaucoup plus en terme de fonctionnalités : l’iPhone.

Cette année LeWeb  nous propose de réfléchir aux objets connectés. Nul doute qu’à l’avenir ils vont envahir notre quotidien et offrir des possibilités que nous ne pouvons pas encore imaginer. J’ai hâte de voir ce que l’avenir nous réserve et j´ai l’impression de vivre une époque révolutionnaire dont on parlera dans les manuels d’histoire.

Marie Pourreyron

Blogueuse intermittente, consultante SEO, SEA, SEM et visibilité des sites web, Auvergnate et Cannoise à la fois. Je propose mes services en audit de référencement, accompagnement et formation, e-reputation, rédaction web orientée SEO et community management. Je gère aussi votre campagne Adwords ou Google Shopping. N'hésitez-pas à me contacter pour toute demande de collaboration.

17 commentaires

  1. Remybigot   •  

    Oui, nous vivons une ère énorme d’un point de vue technologique. Le gros souci, par contre, c’est qu’on applique pas tout ça pour régler de vrais problèmes plus importants que nos petites personnes, comme l’appauvrissement de la terre et des mers… :/
    Ainsi va le monde !

  2. Simon Tripnaux   •  

    Aahhh les bons vieux CD-roms d’abonnement de chez AOL ! 😉 Il y en avait partout à l’époque …

  3. Benjamin   •  

    Je suis d’accord avec Remybigot, j’adore internet et les nouvelles technologies, mais je pense qu’on oublie nos priorités. On devrait investir plus dans les energies renouvelables et les moyens de nourrir le monde.

  4. Aurélien   •  

    On est certainement de la même génération 😉 Je suis également nostalgique de l’époque ou l’on découvrait la magie d’internet, le bruit strident du modem 33.6k qui nous ouvrait au monde… Je trouve qu’avec le temps, cette magie a un peu disparue, du moins le côté fascinent.
    Bien sur, on va nous inventer des objets connectés, ce sera certainement utile parfois, mais j’ai du mal à entrevoir ne serait-ce qu’une mini révolution pointer son nez…

  5. Renaud   •  

    Ça me rappelle des trucs… Moi, c’était un TI99/4A. Avec le bruit pourri des cassettes qui ne marchait jamais. Le même bruit que les premiers modems… à 28,8 kbps ! A l’époque la souris n’existait pas encore. Tout cela était « moderne ».

    Le moindre smartphone permet 100 fois plus de chose aujourd’hui qu’il y a 20 ans. Au rayon des anodectes, je me souviens de ma première clé USB. Elle faisait … 64 Mo.

  6. Xavier   •  

    @Mar1e Très sympa de se remémorer tous ces souvenirs qui bercent notre jeunesse, on a tous connu ce temps ou il ne fallait pas dépasser les 20 heures d’internet mensuel, le 56k et surtout le fait de ne pas pouvoir téléphoner et surfer en même temps. Je suis aussi persuadé que nous vivons une période des plus intenses au niveau de la nouvelle technologie mais je suis certain qu’il va y avoir quelque chose de nouveau, quelque chose de plus grand qu’Internet….

    Toujours agréable de te lire 😉 A+ Xavier

  7. Guillaume   •  

    Moi je n’ai pas vécu tout çà, mais je me rappelle d’avoir vu chez des amis quand j’étais petit un ordinateur qui fonctionnait sous je ne sais quel OS (un écran avec du texte en vert), et je me rappelle que c’était plutôt limité.
    Moi j’ai directement commencé avec un windows 98 en faisant du paint, et ce n’est pas pour autant qu’aujourd’hui je suis graphiste, loin de là !

  8. Sylvie   •  

    Hello,

    J’étais loin d’être au courant de ce qu’il se passait dans l’informatique à cette époque, je m’y suis intéressée assez tardivement mais je me souviens encore quand j’ai achetée mon premier baladeur MP3, 128mo un iRiver (je sais même pas si la marque existe toujours) et j’étais un peu la reine dans le bus pour aller au boulot… Je me voie mal maintenant avec cette capacité de stockage. Je voudrais bien savoir ce qu’on nous réserve pour dans 10 ans =)

  9. Vincent   •  

    Aïe, j’ai pris trois cheveux blancs en lisant ton article !
    Même si la petite musique de nos modems d’antant peux rendre nostalgique comme une madeleine de Proust, je partage un peu le sentiment de Benjamin et Remybigot … la course à la technologie me parait si futile. Sans être décroissant, si on se remémore notre jeunesse (d’il y a 10, 20 ou 30 ans ou plus selon les lecteurs :D) je pense que nous avions déjà tout le confort nécessaire !!!
    Mais bon, c’est un autre débat, et ces ptites machines sont si sexy.

  10. Fred   •  

    1975 ?
    Je trouve que les personnes naient ces années là font une belle passerelle entre les temps « hors It » et les nouvelles technos.Enfin en tout cas, moi je le vis bien

  11. Fred   •  

    Ah la nostalgie… j’ai à peu près vécu la même chose, avec quelques années de plus (mes premiers programmes sur ZX 81 et les jeux sur commodore 64 !). Comme le dit si bien (excepté les fautes de grammaires :)) l’autre Fred ci-dessus, nous sommes un peu des passerelles. Ceci dit, avec le recul et en bon scientifique, pas mal de travaux sur le sujet me laissent plus qu’inquiet quant aux effets de la pollution électromagnétique générées par les WIFI et autres 4G sur tous les organismes (et pas que l’homme, ce qui est encore plus effrayant). J’ai surtout l’impression que l’on sert de cobaye à une échelle jamais effectuée jusqu’alors… et je n’ai pas envie que toutes nos générations et les suivantes finissent dans les manuels d’histoire avec les victimes des autres grands scandales de l’ère post-industrielle, au même titre que l’amiante par exemple (et j’oublie volontairement d’autres saloperies que l’on retrouve dans nos assiettes).

  12. William   •  

    Que de (bons?) souvenirs a propos des forfaits à l’heure, et des CD gratuits pour avoir plus de temps de connexion!
    A propos de l’iPhone, quand on voit le progrès fait en 10 ans, je me demande quelles seront les évolutions futures, et ce que nous aurons en main dans les 10 prochaines années!

  13. Quentin   •  

    Haha, j’ai tout juste connu le téléphone à cadran. Je m’en servais, non pas pour téléphoner, mais parce que c’était drôlement marrant de jouer avec.
    Je me souviens surtout des abonnements AOL. La frustration de n’avoir qu’un certain temps de connexion (et de ne pas pouvoir téléphoner en même temps)… On a quand même fait un bond énorme au niveau technologique, c’est fou.

  14. Nadia   •  

    C’est vrai que c’est incroyable de voir à quelle vitesse la technologie évolue…
    J’ai eu la chance (enfin si on veut) de travailler sur un apple C
    C’était plutôt sympa et on codait nous même nos jeux 😉

    Par contre, je ne suis pas trop nostalgique de cette époque. Rappelez-vous, c’était l’époque où vous deviez aller la banque et faire la file pour effectuer un paiement. Vive internet 🙂

  15. Simon   •  

    Aie, ça ne nous rajeunit pas tout ça! Mais c’est vrai que chaque nouveauté était vraiment excitante à l’époque, comme de vrais petits miracles. Aujourd’hui les innovations sont tellement nombreuses que cela nous semble tout à fait normal. Je suis bien curieux aussi de savoir ce que les prochaines années nous réservent et je suis sur qu’il y aura du très lourd!

  16. Pingback: LeWeb12 : compte rendu | Mar1e – Another SEO blog

  17. Sandra   •  

    Honnetement, je ne sais pas pour vous, mais l’arrivée dans ma vie de l’iPhone a tout simplement bouleversé ma façon d’être au quotidien. On me reproche souvent d’être noyé dans mon iPhone ou mon iPad et du coup de moins passer de temps avec les humains qui m’entourent 😉 Mais je l’utilise car il booste vraiment ma productivité. Et sans lui, ne serait-ce qu’une heure, c’est le mal être le plus total.

    J’ai pas totalement saisi l’intérêt des objets connectés face aux smartphones connectés, je n’ai pas suivi LeWeb 12, mais j’imagine qu’ils rendront des (petits) services au quotidien, finalement votre iPhone vous l’avez dans votre poche et il est connecté continuellement et concentre une multitude de services.

    Ce qui est sûr, c’est que si les objets connectés trouvent le même succès que l’iPhone connait depuis ces dernières années, la dépendance sera encore plus difficile à gérer. Espérons qu’ils seront conçu dans une logique « humaine » 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *