Izmir – Turquie

Pour cette seconde escale, c’est dans un pays que je suis impatiente de fouler de mes Converse que nous accostons : la Turquie. Izmir est une ville chargée d’histoire et peuplée de 2,8 millions d’habitant, c’est la troisième ville la plus peuplée de Turquie. En y restant qu’une journée on ne fera qu’effleurer cette ville et la culture turque et plutôt que de se rendre à Ephèse, haut lieu de l’histoire et de l’archéologie antique nous décidons d’aller nous perdre dans la ville et ses souks.

En débarquant, nous nous trouvons bien petits à côté du Costa Mediterranea et ses 292 mètres de long.

Izmir Turquie
Dès notre arrivée, nous nous faisons assaillir par les « guides » et chauffeurs de taxi locaux qui proposent des visites de la ville, à l’heure, à la journée et autres vendeurs à la sauvette. Nous déclinons les offres malgré l’insistance de certains et nous partons à pied, le long du Kordonboyu, cette grande promenade qui longe la mer et est très populaire.

Izmir Turquie
La balade est agréable, il y a de la place, de nombreux pécheurs mangent leur petit déjeuner tout en surveillant le bouchon, il fait beau, bref, c’est sympa. Un peu plus loin nous verrons des agrès en libre service, de quoi inspirer ce qui pourrait se faire boulevard du midi à Cannes 🙂

Izmir Turquie
Les restaurants du bord de mer sont un appel au repos. Le soir, au coucher du soleil, l’endroit doit être très sympathique et prisé des autochtones. Je remarque dans un coin des couvertures, qui sont distribuées aux clients frileux.

Izmir Turquie

Le long de la rue, nous remarquons les nombreux drapeaux rouges qui flottent aux fenêtres. Cela nous interpelle. Nous saurons plus tard que c’est en l’honneur du 90ème anniversaire de la République Turque que les drapeaux étaient de sortie. C’est quelque-chose que nous ne voyons pas en France.

Izmir Turquie

Avant d’arriver en ville, au bout d’une heure de marche, il y a des distributeurs automatiques d’argent. Il vaut en effet mieux prévoir un peu de change d’autant que les prix sont moins intéressants en euros. Donc pour environ 3 LT nous avons 1 euro.

Izmir Turquie

Nous arrivons place de la Tour de l’Horloge, l’emblème d’Izmir, situé place Konak. Nous sommes un peu déçus, l’édifice est petit, on s’attendait à quelque chose de plus grand. Nous continuons notre balade et entrons dans la vieille ville où nous nous perdons dans les souks.

Izmir Turquie

On trouve essentiellement des vêtements et pas mal de contrefaçon. Les vendeurs tentent de nous faire entrer dans leur magasin. Plus loin nous trouvons un bazar d’artisanat… mais la quasi totalité des produits viennent de Chine.

Izmir Turquie
Nous nous laissons tenter par un jus de fruits frais : pomme pour le petit, orange pour le grand et grenade pour les adultes. Un délice !

Izmir Turquie
Izmir Turquie
Plus loin, dans une ruelle, des tables nous semblent bien accueillantes. Voici l’occasion de goûter un café turque, qu’il faut bien laisser reposer avant de boire, au risque d’en manger autant que l’on en boit 😉

Izmir Turquie

Nous nous rendons ensuite vers l’Agora où nous apercevons quelques ruines. Nous ne rentrerons pas pour la visite, les enfants ayant eu leur dose de ruines avec Pompéi, Herculanum et Paestum cet été.

Izmir Turquie
Pour le repas, on choisira du local. On se régale. Attention toutefois à choisir un restaurant où les prix sont écrits sur une carte ou ailleurs, au risque de voir l’addition grimper allégrement. Nous avons le profil type du touriste européen et les vendeurs en profitent un peu. Certains dans le bazar sont de vrais pots de colle, aussi sympathiques soient-ils, cela peut devenir agaçant.

Izmir Turquie
Enfin, nous irons emprunter un ascenseur historique, à flanc de falaise, construit dans le quartier juif, pour faciliter la vie des habitants, leur évitant de grimper de nombreuses marches pour rentrer chez eux. C’est à l’initiative d’un riche homme d’affaire que cet ascenseur a été mis en place, d’abord à l’attention des vieillards et des femmes enceintes. Sachez que la descente est gratuite mais la montée payante quand le gardien est là. Ce ne fut pas le cas. En bas, on trouve la rue Dario Moreno et une statue du chanteur qui vécu dans cette rue. La vue de là-haut est magnifique.

Pour rentrer au navire, nous traverserons le Kültürpark d’Izimir qui est tout à la fois centre d’exposition, parc, gymnase à ciel ouvert avec des agrès, fête foraine et bien plus encore. Ce parc a un petit air post-soviétique, ces grandes fontaines vides et ces édifices non terminés y sont certainement pour quelque chose. On notera que la fameuse exposition censurée en France « The Human Body » se déroule ici sans problème particulier, juste à côté d’un salon automobile.

SAMSUNG CSC
Nous voilà rentrés sur le paquebot et nous avons au moins retenu un mot en turc : Izmir Turquie

 

Marie Pourreyron

Blogueuse intermittente, consultante SEO, SEA, SEM et visibilité des sites web, Auvergnate et Cannoise à la fois. Je propose mes services en audit de référencement, accompagnement et formation, e-reputation, rédaction web orientée SEO et community management. Je gère aussi votre campagne Adwords ou Google Shopping. N'hésitez-pas à me contacter pour toute demande de collaboration.

3 commentaires

  1. Je ne savais que Izmir c’était aussi beau que ça. Ce qui m’a le plus plu c’est ces restaurants du bord de mer, et ces petites ruelles où vous pris le café…très belle ville. Le déjeuner a l’air très appétissant, j’aime beaucoup ce pain qu’ils préparent et qui ressemble à des crêpes…
    C’est vrai que les touristes européens sont la cible préférée des arnaqueurs, il faut se méfier quand on est voyage à de tel pays !
    Merci d’avoir partagé ce billet 🙂

  2. Franval   •  

    Perso je ne suis pas fan de la Turquie, j’y suis allé il y a quelques années il faisait chaud, mais j’ai trouvé ça pas super propre, et assez moyen. Mais bon on connaît mal ces pays, et le meilleur moyen de bien les connaître et d’y aller avec les locaux je trouve, nous on a trop fait de « club all inclusive » peut être 🙂

  3. Fred   •  

    Sympa.
    Sinon, que vaut la croisière en elle-même, notamment le côté « scientifique »?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *